Connexion Contact

« sterilisee à 10 ans. »

Consultez également les autres discussions qui parlent de Santé.


06/02/2016 à 19:52:26
ritatche
Bonjour a tous!
Vendredi j ai amené Loupiote 2 ans et Zoé 10 ans chez le vétérinaire pour les stériliser.
Pour la plus jeune pas de problème, elle récupère vite. Pour mademoiselle Zoé par contre c est difficile de la voir comme ça. Hier soir elle n arrivait pas pas tenir sur ces petites pattes.
Ce matin et tout au long de la journée elle a dormi beaucoup, maintenant elle marche! Mais ça fait 10 ans que nous vivons ensemble ,et que du bonheur avec cette petite pestouillette,que puis je faire pour elle maintenant?
J ai du regret de ne pas être allé longtemps avant la faire stériliser!
13/02/2016 à 13:45:59
jpjo
Opérée de quelle date ? votre message est du 6 février, nous sommes le 13, a-t-elle été opérée le vendredi 5 ? si elle n'est pas complètement rétablie : vétérinaire. (Vous avez surveillé je suppose si elle a de la fièvre ?)
13/02/2016 à 15:11:23
chanelp
Bonjour,
Effectivement, nous sommes le 13, et j'espère que votre Zoé a retrouvé la forme.
Donnez nous des nouvelles.
Cordialement à vous.
13/02/2016 à 16:23:12
vero42
salut sa fait tard pour faire sterilisee un chat normalement c'est tous bébe
je comprend qu'elle mette un moment pour s'en remettre le veto aurait du te le dire courage a ta mimine
13/02/2016 à 19:05:15
aline
Les chats tout comme les chattes peuvent être stérilisés dès l'âge de 6 mois.

Je mets les liens de vos annonces ici :

http://www.chat-perdu.org/221576

http://www.chat-perdu.org/221818

http://www.chat-perdu.org/221820

http://www.chat-perdu.org/221821

Faites stériliser et identifier vos chats ; c'est le meilleur que l'on puisse leur souhaiter !
eek
14/02/2016 à 11:03:35
equinox
Je crois que nous aimerions tous avoir des nouvelles de Zoé...

Je suis d'accord qu'un chat doit être stérilisé tôt, mais là n'était pas la question de Ritache... wink
14/02/2016 à 12:08:40
kilim
C'est sûr, c'est tard tout bêtement parce qu'un chat âgé, tout comme les humains smile met davantage de temps à récupérer après un choc opératoire et une anesthésie!!!
Tant qu'elle n'a pas de fièvre et qu'elle mange, tout va bien, sinon, véto...
14/02/2016 à 13:06:32
chanelp
Coucou ritatche, nous aimerions avoir des nouvelles de votre Zoé.
Perso, tous mes chats et chattes ont été stérilisés avant 6 mois.
Merci pour votre réponse.
17/02/2016 à 10:19:50
ritatche
Bonjour,elle a effectivement été opère le 5 février.
Ma zozotte va beaucoup mieux,une petite bombe a retardement, les 3 jours après l operation ,elle restait couchée sur sa couverture mais elle faisait des efforts pour aller a sa litière,elle mangeait buvait très peu,et le 4 jour elle a commence a se laver manger boire et vouloir mener tout son monde a la baguette comme a son habitude.
Elle va très bien... Loupiotte sa cadette de 8 ans va bien,elle est restée au côté de Zoé pendant sa convalescence!
26/02/2016 à 16:50:11
chanelp
pascalpourrat

Que vient faire votre commentaire dans une discussion sur la stérilisation des chats?
11/04/2018 à 10:53:53
salimaliyo
Pour ma part je vous conseille d'abord de comparer différentes assurance. Toutes les assurances ne proposent pas les mêmes services et selon la race du chat , certains critères sont à respecter.
J'ai trouvé cette page qui explique le fonctionnement d’assurance en ligne
Voici le lien : [url]http://www.assur-animaux-en-ligne.com/[url] En espérant vous aider
23/04/2018 à 12:53:26
hulia
J'ai qu'un petit chaton et parfois il devient difficile à gérer, alors avec 4 animaux à la maison, c'est pas évident! Il existe plusieurs mutuelles qui puissent prendre en charge tes animaux de compagnie en cas de maladie ou même d'accident on te proposant des remboursements intéressants et différents niveaux de couverture. Je te recommande le comparateur suivant http://www.assur-choix.net/ Tu trouveras certainement celle qui te conviendras ☺
26/04/2018 à 10:49:00
nabucho
Bonjour à tous.

En l'absence de données péjoratives, Zoé n'était pas trop âgée à 10 ans pour être stérilisée. Nous disposons d'anesthésiques sùrs en cas de vieillissement cardiaque. Simplement bien les choisir.

Les protocoles les plus vite réversibles ne peuvent pas être systématiquement utilisés lors d'interventions prolongées et d'anesthésie profonde chez les animaux âgés. (cf contre-indications du fabricant).

L'induction à la démétomidine, par exemple, peut entrainer bradycardie (coeur trop lent) et hypotension. Son antidote l'atipamézole permet une sortie rapide de la phase critique, provoque surexcitation et hypertension au réveil (risque hémorragique aux niveau des artères ovariennes et utérines ligaturées). (ce couple de molécules sert à coucher les rhinocéros à la flèchette pour leurs scier les cornes, contre le braconnage). Un jeune animal prémédiqué ainsi à la démétomidine/atipamézole se réveille vite.

Certains agents préanesthésiques (acépromazine...) s'éliminent lentement par le foie et les reins, d'où l'importance de bien perfuser ces organes.
Un animal âgé prémédiqué à l'acépromazine se réveille donc plus doucement.

Simplement se rappeler que l'animal en sortie d'anesthésie peut-être en hypothermie et hypotension.
C'est pourquoi, sur un animal d'un certain âge, le vétérinaire doit perfuser lentement dès l'induction, quelle qu'en soit le mode d'anesthésie, et poursuivre jusqu'à la restitution en bon état d'éveil.

Placer l'animal pendant l'opération, particulièrement de petite taille, sur un tapis chauffant thermostaté pour l'isoler de l'inox froid du billard.

Un chat âgé mal réveillé doit rester hôspitalisé une nuit de plus sous perfusion et chauffage. Refuser de récupérer un chat mal réveillé.
De même une bouillotte casée sous le ventre de l'animal couché de côté, cuisses en faces internes au contact, réchauffe et accélère le coeur en augmentant la circulation artérielle rénale. D'où une plus rapide élimination de l'anesthésique. Le vétérinaire se doit de conseiller de garder le postopéré 48 heures à la maison, et de le bouillotter ou placer en un carton surmonté d'une lampe de bureau à incandescence. Et ne surtout pas relâcher le soir même.

Vérifier l'absence d'hyperventilation (respiration rapide et superficielle) signe d'hypothermie ou d'hémorragie interne si une ligature à cédé.
Vérifier la teinte rose de l'intérieur des babines. Le temps de remplissage vasculaire (TRV) doit être d'une seconde tout au plus. Pincer la babine retroussée, relâcher la contrainte en comptant le temps nécessaire au retour de la couleur rosée préexistante. Une faible perfusion sanguine rallonge le TRV.
Une bonne aération en air frais est plus confortable. Eviter une chirurgie majeure programmable, en période de canicule (air chaud dilaté moins dense en oxygène), et prévoir une bouteille ou un concentrateur d'oxygène (jusqu'à 95%) pour la mise en pouponnière durant la phase de réveil.

En cas d'hypothermie prolongée, de mauvaise oxygénation et de faiblesse cardiaque, on peut perdre un chat suite à une opération aussi banale.

Un petit coucou à domi53 wink
26/04/2018 à 10:55:21
nabucho
Quand on me présente deux générations de chattes à stériliser, je commence toujours par la plus âgée en début de matinée, pour suivre plus longuement son réveil en pouponnière oxygénée et thermostatée, pendant que j'opère la seconde plus jeune au réveil plus rapide. Loupiotte aurait-t-elle été opérée en premier?
27/04/2018 à 19:39:47
ritatche
je ne le sais pas , mais ma Zoé est morte , elle est enterrée dans mon jardin ! elle n est pas morte à cause de la stérilisation , elle est restée 2 ans avec moi .
Depuis j ai adopté une petite chatte de ferme ; elle est stérilisée vaccinée et vis sa vie de chat avec Loupiotte .
27/04/2018 à 20:06:38
chanelp
nabucho

Une de mes petites chattes attend des BB. Nous devions la faire stériliser, elle n'a que 7 mois. Je la surveille, car je ne sais pas quand elle va faire ses petits.
Vous aviez été de bons conseils pour l'anémie hémolytique de notre Hermine (dcd le pauvre) donc nous en avions repris d'autres.
J'avoue que je suis perdue, la vétérinaire nous a dit d'amener les petits quand ils seraient nés, et la maman alors ? Saphir va-t-elle chercher ses petits ? J'attends votre réponse avec impatience.
05/05/2018 à 13:23:53
nabucho
Bonjour chanelp
Il serait bon de connaître le nombre de chatons à naître, si vous souhaitez ne stériliser votre chatte qu'après la mise bas. Car compter les petits permet d'éviter d'en laisser un en attente dans l'utérus, au cas où la chatte soit fatiguée en fin de part. On ne peut laisser ainsi un chaton en attente plus de 24 heures, au risque d'une infection ascendante.
Pour celà je vous conseille de faire réaliser une échographie de comptage des foetus, d'évaluer par ce procédé leur âge de gestation selon la densité osseuse du squelette, et d'évaluer leur taille selon la taille du bassin de la mère. On peut ainsi s'attendre à une mise bas plus ou moins facile. Peu de chaton en première gestation peut entrainer une dystocie: les chatons seront trop gros lors du déclenchement et la césarienne sera de mise. Parfois le vétérinaire peut vous conseiller une intervention d'ablation de tout l'organe (ovariohystérectomie de fin de gestation, foetus compris) avant la naissance, si vous ne souhaitez pas garder de chaton sous la mère, ni la faire reproduire ultérieurement.
Si la mise bas naturelle se passe bien, ne retirez pas les chatons pour les faire euthanasier sans vous être assurée que TOUS sont bien nés. Le stress de la manipulation des chatons fait sécréter de l'adrénaline dans le sang de la mère, qui stoppe le travail de l'utérus et risque d'entrainer une rétention, un part languissant du dernier chaton.
Il faut donc palper le ventre de la chatte, tenue en position debout quadrupède, et tenter de reconnaitre une masse abdominale équivalente à un des chatons déjà nés. Si le ventre parait vide, on peut retirer les chatons.
CE QU'IL NE FAUT PAS FAIRE: Ne pas garder un seul chaton à têter. Il va faire venir trop de lait sur toutes les mamelles et on risque un engorgement, de la douleur voire des mammites.
De même si on fait trop têter la portée de chatons avant de la retirer, les mamelles seront congestionnées et celà retarde le délai au bout duquel on peut opérer la chatte pour la stériliser (voie ventrale entre les chaines mammaires). A cause de l'oedème qui gène la cicatrisation.
Garder la portée jusqu'au sevrage risque d'enchainer une nouvelle gestation car les chaleurs reviennent 14 jours après la mise bas. Et une stérilisation couperait la lactation avant les deux mois minimum requis pour le sevrage de la portée.
Ne pas laisser avaler les enveloppes par la mère si on veut supprimer les petits, car les oestrogènes contenus dans le placenta activent la montée de lait.
Donc c'est tout ou rien.
A suivre mon protocole de conseils de suivi à la mise bas, expurgé des photos, et inspiré de la chienne. Mais bien des conseils conviennent à la mise bas de la chatte.
05/05/2018 à 14:42:23
nabucho
MAj 14/12/2015
Note préliminaire: ce document s'inspire de textes parus sur le net ou dans des revues cynophiles, qui faisaient état de l'expérience, parfois empirique, d'éleveurs éclairés. Les données sans cesse renouvelées de la science vétérinaire portent à préciser comment, tout en restant dans des coûts raisonnables, on peut profiter de la biochimie et de l'imagerie pour se garder des obstacles majeurs à un bon déroulement de la période périnatale chez le chien. Certaines particularités liées à la race sont évoquées, pour vous inviter à approfondir vos recherches le cas échéant.
---------- AVANT D'ENVISAGER LA MISE BAS
On appelle parturition ou mise bas le processus mécanique et physiologique qui aboutit à l'expulsion des foetus et des annexes embryonnaires hors des voies génitales maternelles au terme de la gestation.
Une bonne préparation à la mise à la reproduction d'une chatte commence avant la saillie. La taille du mâle ne doit pas excèder de 10% celle de la femelle, pour éviter une grosseur excessive des foetus à la naissance.
La femelle doit être présentée au mâle au domicile de celui-ci ou en terrain neutre et dégagé de toute autre influence.
Une incompatibilité d'humeur pourrait nuire à l'évaluation de la période d'acceptation de la saillie par la chatte, surtout chez le persan. En cas d'incompatibilité, changer de mâle par avance. Pour l'insémination artificielle en semence fraiche ou congelée, cet acte n'est garanti que par les vétérinaires spécialisés et agréés par le centre de stockage de semences de reproducteurs recommandés par les associations de race.
Effectuer une vermifugation contre les ascaris et autres vers ronds. Ce déparasitage sera refait après la mise bas, puis sur les chatons chaque mois dès le premier pendant 4 mois. Utiliser des pâtes orales qu'on peut aisément doser selon le poids.
ATTENTION! ne pas prendre l'initiative de vermifuger la chatte après la troisième semaine de gestation, pour éviter les risques de malformation foetale induits par certains produits (le Praziquantel n'a pas été testé en ce sens): lire les contre-indications ou consulter son vétérinaire.
L'appétit de la chatte n'augmente sensiblement qu'à partir de la sixième semaine, sur la durée de gestation théorique de 62 jours pour une Xième mise bas, et parfois plus pour une primipare.
Il est important de connaitre dès que possible le nombre de foetus, surtout sur les races à risque (persan, exotique), afin d'induire éventuellement une avancée de la mise bas pour éviter une fatigue excessive, cause de dystocie (impossibilité d'expulsion).
A partir du 01 janvier 2015, tout naisseur de chat qui réalise deux portées par an devra suivre une visite d'élevage pilotée par un vétérinaire sanitaire qui, dans un premier temps, réalisera un audit de votre structure et de votre conduite d'élevage, afin de aider à vous conformer à cette nouvelle réglementation. Dans un second temps, les services vétérinaires pourront venir contrôler si les prescriptions auront été bien respectées.
Et dans tous les cas, la loi impose de se faire attribuer un numéro de siret auprès de la chambre d'agriculture en cas de don ou vente des chatons, même pour une portée par an! L'acceptation par le vétérinaire, outre l'obligation d'identification de la portée, pour l'affichage en salle d'attente de la portée disponible est à cette condition.

----- DETERMINER LA DATE DU TERME ?
La chatte ovule de façon provoquée, par la saillie. On ne peut pas toujours connaitre la date en cas de fugue durant les chaleurs. Le calcul de la date de mise bas aux seules considérations de dates de saillies (quand elles sont connues) étant imprécis, d'autant qu'on est éloigné du terme, recourir à l'échographie à partir du premier mois
Première partie de la gestation: Le 21ème jour de gestation supposée permet de confirmer la gestation précocément. Dès le premier mois suite à la saillie, l'échographie permet de bien compter les ampoules foetales distinctement. Ne pas trop attendre car les foetus sont plus difficiles à compter s'ils sont nombreux et avancés, car ils bougent en plus! Le recours à des dosages hormonaux est sans intéret chez la chatte.

Deuxième partie de gestation; usage mixte de l'échographie et de la radiographie :
La radiographie permet au moment du part d'évaluer le passage du bassin en comparant au diamètre pariétal des têtes foetale. Un cliché de l'entrée du bassin de la chatte en position assise sur le coccys, avant mise à la reproduction, permettra d'évaluer le passage à la mise bas (races brachycéphales telles persan, exotique, chartreux...). ATTENTION! La radiographie ne permet pas de contrôler si les petits sont tous vivants, ni si les enveloppes sont intègres et les rythmes cardiaques des foetus physiologiques. Le dénombrement est parfois difficile, comme avec l'échographie, une fois à terme et lors de portées importantes.
Par la suite, pour les races à risque, l'échographie de la 6ème semaine puis de la huitième semaine permettent de connaitre le nombre, le positionnement des chiots, leur mode de présentation, d'évaluer les diamètres des têtes et des thorax pour les races brachycéphales, le fonctionnement cardiaque et toute anomalie anatomique des chiots et de leur enveloppe.
Dans le cas d'incompatibilité mécanique ainsi prédite, il n'est pas possible d'envisager une césarienne par anticipation sans prémices de la mise bas lorsqu'on compte sauver la vie des foetus. Car, hors déclenchement de la mise bas (cf ci-dessous), les poumons des foetus ne sont pas prèts pour les échanges respiratoires, contrairement à l'espèce humaine.
Repères radiographiques surtout utiles dans le deuxième mois de gestation
Néanmoinss, une anticipation médicale du déclenchement du processus de mise bas par injection de corticoïde en IV, par votre vétérinaire, est possible pour éviter un dépassement du délai de gestation courant, mais ne peut induire la mise bas naturelle avant un surcroit de délai de 48 heures. La programmation de la césarienne peut ainsi être planifiée, et réalisée dès les signes de mise bas imminente ainsi obtenus.
LE RISQUE MECANIQUE DE DYSTOCIE
Chez les races à risque précédemment citées, la taille des crânes et le faible nombre de foetus, souvent pour les primipares, sont des facteurs de risque dystocique. Dans ces cas, il ne faut pas tarder à hospitaliser la mère, si ses efforts expulsifs du premier foetus, ou d'un suivant, excèdent une heure.
LE PART LANGUISSANT
Les trop grandes portées, chez une chatte maigre, peuvent aussi entrainer une fatigue de la mère, qui peut subir une pause des expulsions à partir du sixième chaton, le temps de reconstituer ses réserves énergétiques utérines. L'avis du vétérinaire en cas de "part languissant" est alors tout aussi indispensable. C'est pourquoi on peut envisager d'apporter une alimentation liquide concentrée et très énergétique par un volume réduit de miel, ou de confiture, additionné jus de fruit. proscrire l'alimentation solide en cas de décision de césarienne ultérieure: l'estomac doit être vide de tout aliment solide pour l'induction de l'anesthésie sans régurgitation.


---------- LE DETERMINISME DE LA MISE BAS
Pas plus en médecine vétérinaire qu'en médecine humaine on n'a pu, jusqu'à ce jour, bâtir une théorie irrefutable nous enseignant par quels facteurs se déclenche le "travail" chez les mammifères. On suppose cependant que ce déterminisme est endocrinien et que la sénescence placentaire stimule l'axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien ; ce qui aboutirait à une augmentation du taux des corticostéroïdes, une chute de la progestérone, une augmentation des oestrogènes, une sécrétion d'ocytocine (hormone hypophysaire). Or, l'on sait que l'élévation des taux d'ocytocine et d'oestrogènes provoque et favorise les contractions utérines.
On distingue trois périodes successives dans la mise-bas :
- la phase de contractions utérines et de dilatation du col (avec écartement de la symphise pubienne sous l'action de la relaxine)
- la phase d'expulsion du foetus qui pénètre dans la filière pelvienne sitôt achevée la dilatation cervicale
- la phase d'expulsion du placenta qui, sous l'effet des contractions, se détache de la paroi utérine.
LES SIGNES AVANT COUREURS
Les signes subjectifs échappent rarement à l'éleveur attentif.
Deux jours avant les flancs de la chatte se creusent, les pointes des hanches semblent proéminentes et l'animal donne soudain l'impression d'avoir maigri : ce relâchement des ligaments du bassin est provoqué par une hormone hypophysaire, la relaxine. Les ligaments qui soudent solidement d'ordinaire le sacrum à chaque aile du bassin, et les deux parties pubiennes du bassin entre elles, se distendent sous l'action de l'hormone. Ainsi le passage se fera mieux par le basculement du bassin vers le ventre et l 'avant de la chatte d'une part, et par l'écartement favorisé des demis-bassin au niveau du pubis d'autre part.
Les chattes cherchent à faire un nid : elles creusent un trou dans le tas de chaussures du placard ou en appartement et parfois déchirent le matelas de leur couche. Enfin, 24 heures avant la mise bas la plupart refuse toute nourriture et manifeste de fréquentes et fausses envies de vider leur intestin. Les mictions sont plus fréquentes mais plus réduites du fait de la descente des foetus qui compriment la vessie.
Les signes physiques : le plus fidèle des signes objectifs reste la chute thermique à condition de savoir l'interpréter correctement. La température du chat oscille dans la journée de 39°C à 38°C. A partir du 56e jour il faut PRENDRE MATIN ET SOIR LA TEMPERATURE DE LA GESTANTE. Quatre à sept jours avant la naissance la courbe thermique devient erratique avec des chutes fréquentes. 24 à 48 heures avant la naissance la température tombe au plus bas : 37° et parfois à 36°5 (par baisse du taux de progestérone). Si on constate deux prises de températures SUCCESSIVES à moins de 38°C sur une période de 24 heures, le part se déclenchera dans les 6 heures qui suivent. D‘ailleurs, dans les 6 heures qui précèdent la parturition, elle remonte à la normale indiquant l'imminence du travail qu'annoncent aussi : l'agitation de la chatte qui va, vient, se couche, se relève, marche le dos très voussé ; l'apparition d'un fin tremblement musculaire ; le suintement du colostrum à l'extrémité des mamelles, et une fort sécrétion de mucus, teinté de sang, qui s'écoule d'une vulve devenue moins saillante, que la chatte lèche.
Durant ces dernières heures de la gestation, les contractions passives de l'utérus ont fait progresser le premier chaton de la corne utérine à l'utérus proprement dit, tout en dilatant et en effaçant le col.

DE 2 à 8 HEURES EN MOYENNE
Une fois le travail enclenché, le premier chaton va naître en deux heures au maximum.
Les contractions actives et simultanées de la musculature abdominale puis vaginale et du diaphragme vont provoquer l'expulsion qui se produit généralement en position couchée, mais qui peut aussi avoir lieu en position semi-assise (comme pour la défécation).
Quand l'éleveur voit sa chatte redresser la queue pendant une contraction, il sait que l'arrivée du petit est imminente. On peut aider au basculement du bassin, si la chienne est debout, en soulevant partiellement le poids de la chatte par traction verticale de la queue. Si elle le tolère et si la prise est bonne.
De fait, très vite, apparaît à la vulve la poche foetale et, à partir de cet instant, l'expulsion du chat n'excédera pas 20 à 30 minutes. NE PAS PERCER PRECOCEMENT LA POCHE DE LIQUIDE AVANT L'EXPULSION DU CHIOT! La poche permet la lubrification. Le foetus reste oxygéné par son placenta.
70% des "bébés" naissent en avant et les pattes antérieures de part et d'autre de la tête, mais 30% d'entre eux se présentent par le siège. Au moment du passage l'allantoïde (une enveloppe foetale externe) se rompt et un peu de liquide jaune paille s'écoule.
Le chat naît le plus souvent dans l'amnios (enveloppe foetale interne). La mère, d'instinct, déchire la poche amniotique qu'elle avale, coupe le cordon ombilical avec ses dents en l’étirant, se qui stoppe son saignement, et commence à lécher vigoureusement son petit pour le nettoyer, l'aider à pousser son premier cri et le réchauffer. A défaut, l'éleveur doit FRICTIONNER LES NARINES AVEC UN GAND DE TOILETTE SEC EN EPONGE afin de libérer les narines et la bouche. Curer la gorge avec un coton tige.
Le placenta, décollé de la paroi utérine, est expulsé de une à quinze minutes après chaque petit (un par petit), et la mère le mange aussitôt. Est-il souhaitable qu'elle le fasse? Les avis divergent.
Pour: Certains pensent (ce n'est pas prouvé) que l'ingestion du placenta favorise la production de lait de par son taux important d‘oestrogènes.
Contre: Il est certain qu'à terme les placentas ont recueilli tous les déchets et toxines de l'embryon. Leur ingestion est parfois suivie de diarrhées violentes et déshydratantes dans les jours suivants. Ce qui n'aide pas à la bonne amorce d'une lactation abondante et fait courir un risque bactérien aux petits.
Un compromis consiste à ne laisser avaler un seul des placentas qu'après avoir constaté une mise bas sans efforts excessifs ni prolongés des deux premiers chats. Ainsi la probabilité d'une césarienne s'éloignant (nécessité d'un estomac vide), on impulse la survenue de la lactation sans trop perturber la flore digestive de la mère. Surveiller et compter discrètement chaque expulsion de placenta pour chaque chiot. Ce sont souvent les derniers placentas qu’on oublie, trop heureux d’avoir récupéré tous les chatons attendus. Les intervalles entre chaque naissance sont très irréguliers : normalement de 10 à 60 minutes. Ils peuvent s'étaler sur plusieurs heures. Un grand nombre de foetus peut entrainer une pause utérine nécessaire à la reconstitution des réserves en glycogène du myomètre. Un abreuvement régulier à l'aide de petits volumes de miel ou de confiture tamisée dilués dans du jus d'orange (riche en calcium), ne compromet pas une anesthésie éventuelle et rend rapidement assimilable l'apport énergétique ainsi réalisé.
En moyenne, une parturition dure de 2 à 8 heures.
Quelle doit être l'attitude de l'éleveur ? Faut-il laisser la chatte se débrouiller seule, ou l'assister. Il faut avant tout être présent, s'abstenir de toute intervention si le processus est normal, mais être pret à tout moment à aider si elle en a est besoin. Notament en cas de blocage d’une position en siège.

------- CE QUE VOUS POUVEZ ET DEVEZ FAIRE
Préparation du matériel
Préparez une caisse de 80cm par 80cm. et garnissez le fond nombreuses couches de simples serviettes alternées de films plastiques, ou encore de fausses peaux de mouton (vet bed) qui ne s'imbibent pas, ou d'alèzes. Placez la caisse dans un endroit protégé des courants d'air et habituez votre chatte à y demeurer longtemps avant la date prévue pour la délivrance. Vous ôterez chaque serviette souillée après chaque expulsion. Ce qui évitera de déranger la portée.
Empruntez à votre vétérinaire une pince fine hémostatique sans dent, des ciseaux de Mayo, un porte aiguille-ciseau disposés et stérilisés par avance dans une boite métallique, un blister de fil nylon stérile pour suture de peau décimale 3 à 3.5, ou de vicryl tressé du même diamètre. Un fort fil à cordonnet en coton, trempé dans la bétadine dermique, peut faire l'affaire. Avoir des sachets de compresses stériles, un gompte goutte ou une seringue sans aiguille de 2 à 5 millilitres selon la race pour dégager les mucosités de la bouche.
Ayez prêts au moment de la mise bas des doigtiers stériles, un peu d'huile de paraffine, des linges chauds, alcool à 90°ou Bétadine dermique, des compresses stériles. Envisagez un chauffage d'appoint (aux infra-rouges par exemple) et un thermomètre au dessus de la caisse pour maintenir - au moment de la naissance et durant les 4 jours qui suivent - une atmosphère légèrement humide de 25° à 28° (à la naissance le chiot est hypothermique et sa température oscille entre 34°5 et 35°5).

AVANT LA MISE BAS
Tondez les poils longs de la base de la queue et du périnée. Roulez deux tours de bande élastoplaste ou de bande cohésive (mieux car non salissant) à partir de la base de la queue pour emballer les longs poils. Fixer le bout du tube de bande cohésive par un anneau de large sparadrap à cheval sur le pelage du milieu (ou du bout selon la race) de la queue. Désinfectér (à l’alcool) puis à la povidone iodée (BETADINE) la zone tondue et la vulve.

PENDANT LA MISE BAS
Parlez à votre chatte (qui aime la présence des êtres familiers), calmez-la, rassurez-la. Evitez-lui un déménagement ou des transports inutiles. L’adrénaline produite dans ce cas stopperait les contractions utérines. Proscrire la présence de tout animal qui pourrait dans ces circonstances être perçu comme un intrus.
Sachez appeler le vétérinaire à temps s'il y a inertie utérine: que le travail soit déclenché depuis plus de 2 heures sans qu'aucun bébé apparaisse par suite des efforts imparfaits d'une femelle agée, ou obèse, ou manquant d'exercice; ou qu'après des efforts prolongés pour une ou plusieurs expulsions, l'utérus soit devenu incapable de se contracter efficacement et que la femelle se fatigue inutilement.
Tant qu’un fœtus ne vient pas au contact du col utérin, la chatte ne ressent pas le besoin de resserrer sa sangle abdominale et son diaphragme. Il faut donc laisser l’utérus progresser dans sa rétraction entre deux expulsions.
Chaque fœtus dispose de son propre placenta indépendant qui reste engrainé à la paroi utérine jusqu’à l‘expulsion. Ce qui autorise des périodes de repos jusqu’à une heure au-delà du sixième chat, ou suite à des efforts expulsifs importants en début de travail, pour une primipare.
Les efforts expulsifs du premier fœtus, ou entre les suivants, ne doivent pas dépasser une heure. Au-delà, la consultation vétérinaire se traduit bien souvent par une césarienne. Les lices des races persan et exotique ne doivent pas être mise trop tardivement en première reproduction, pour préserver le potentiel de dilatation des ligaments pubiens et sacro-iliaques, sous l’action de la relaxine, qui précède le part. (cf plus haut). Au-delà d’un âge de trois ans, ces ligaments se calcifient et diminuent la marge de dilatation du bassin.

Autre cas d'accouchement difficile: un foetus est bloqué et les efforts de la femelle sont devenu improductifs: tantôt le chat apparaît à la vulve pour disparaitre aussitôt, tantôt tête et pattes, tantôt pattes et queue, s'engagent sans jamais plus progresser. Ne jamais tirer sur une patte, ou des pattes qui seraient seules engagées. Sinon tentez, dans cette situation d'urgence, d'intervenir vous-même, sans attendre l'arrivée du praticien: désinfectez vos mains, saisissez la partie du chat qui vous est accessible et retenez-le pour qu'il ne remonte pas entre deux contractions. Pendant la contraction, tirez légèrement sur le chat en le rabattant vers le ventre de la mère.
Le ventre du fœtus doit être idéalement orienté vers le ventre de la mère. Si rien n’y fait, il est bloqué et a besoin de se retourner : Muni du doigtier stérile enduit d'huile de paraffine, repoussez entre deux contractions vers le haut (vers l'utérus) le chiot coincé, en l‘orientant sans lâcher les pattes, comme indiqué plus haut. Puis recommencez comme précédemment. On pourra repousser le périnée par pressions alternatives des doigts de l’autre main tout autour du foetus. Ceci est utile lors de la présentation d’un siège (patte arrière et queue) qui bloque au passage des premières côtes qui s’ouvrent, comme les baleine d’un parapluie. Presser le périnée en tirant le chiot permet de comprimer les côtes de fœtus latéralement, et d’en rétrecir le diamètre thoracique. Cela suffit bien souvent.
Evitez à tout prix de déchirer l'enveloppe amniotique pendant ces opérations, vous risqueriez de déclencher le réflexe respiratoire trop tôt et, le thorax comprimé dans les voies génitales, votre chaton pourrait étouffer.Lorsque le chiot est entièrement expulsé et afin qu'il puisse respirer, déchirez aussitôt à la main ou avec une serviette éponge le sac amniotique au niveau du museau du chiot si la femelle ne le fait pas d'elle-même. Empêchez la chatte de se lever ou de se retourner, tant que par traction douce en pinçant très fort le cordon ombilical entre pouce et index, vous n’avez pas obtenu l’expulsion du placenta qui suit chaque chiot (parachute rouge).
Si le placenta tarde plus d’une minute, étirez à deux mains en pinçant le cordon pour le déchirer loin de l’ombilic. Veillez surtout à PRESERVER LE PREMIER CENTIMETRE DE CORDON lors de l'élongation et de la section, afin d’éviter une hémorragie ou une infection ombilicale. On pourra poser la pince hémostatique à trois millimètres de l’ombilic.
Coupez le cordon ombilical au-delà de la pince à un centimètre du ventre si la chatte ne le fait pas, et ligaturez-le à 1-2 millimètres du ventre du chiot.
Réanimez le chaton qui reste inerte sans vagir: Pour cela séchez-le vite en le frottant vigoureusement avec un linge chaud et dégagez ses voies respiratoires en plaçant la bouche sur son museau et en aspirant à travers d'une gaze, ou avec un pipette compte-gouttes ou avec un coton tige les mucosités qui encombrent la bouche (n'aspirez pas trop violemment, vous pourriez "coller" ses poumons). On veillera ensuite à la régulière désinfection de l’ombilic à la Bétadine dermique ou la teinture d’iode.
Comptez les placentas expulsés car un placenta non expulsé peut, soit empêcher la venue au monde d'un chiot, soit être la source de graves infections des voies génitales de la mère.
Si une césarienne s’avère finalement nécessaire, un estomac plein est une cause de complication pour l’anesthésiste. Pour cette même raison, ne distribuez pas d’alimentation solide jusqu’au terme de la mise bas.

APRES LA MISE BAS
Désinfectez les ombilics avec de la bétadine ou de la teinture d'iode. Palpez le ventre de la chatte pour
Vérifier que tous les petits ont bien été expulsés. Palper entre le plat des deux mains, d'avant en arrière, les côtés de l'abdomen.
Surveillez les pertes de la mère qui, initialement vertes foncées (épinard), puis rougeâtres, doivent au bout de 15-20 jours se limiter à une sécrétion de mucus incolore et inodore. Si, au contraire, les lochies sont purulentes ou fétides, de couleur verdâtre ou rosâtre et opaques, méfiez-vous de la rétention placentaire et de l'infection et consultez votre vétérinaire sans tarder.
L’alimentation de la chatte peut constituer jusqu’à 2,5 fois la quantité de la ration d’entretien. La forte exportation de lait l’impose. Rationnellement concevoir l’alimentation pour de grandes races, en distribuant à la mère des croquettes pour chaton, en libre service. Concentrer l'énergie et l'apport protéique en évitant de donner des légumes en cas de ration ménagère. Ne pas apporter de calcium (gruyère râpé) dans les derniers jours de la gestation. Mais en donner beaucoup dès l'entrée en lactation. La distribution de lait maternisé pour chat à la mère peut assurer cet apport.
Hors du contact de leur mère, les nouveaux nés se refroidissent vite. Une lampe infra-rouge ou une couveuse pédiatrique doit réchauffer le tapis à 38°C. Ce maintien a pour avantage de perturber le développement de certaines viroses néonatales tel l'Herpes virus canin de type I.
En cas de perte d’équilibre, de crises épileptiformes, de difficulté respiratoire, de syncopes de la chatte dans les heures ou les jours qui suivent le part, consulter d’urgence le vétérinaire: il s’agir d'hémorragie interne, d'hypoglycémie ou de crises d’éclampsie dues à une carence en calcium. Une perfusion devra être mise en œuvre rapidement pour éviter l’accident cardiaque. Et le soutien de la lactation par l’alimentation au biberon de lait maternisé, puis un sevrage précoce des chatons seront de mise.

---------- CE QUE VOUS NE DEVEZ PAS FAIRE AVANT LA MISE BAS
Ne négligez pas la surveillance de la courbe thermique qui permet de prévoir les parturitions prématurées et d'interpréter les dépassements du terme théorique dont on tire parfois enseignement pour pratiquer une césarienne.
Ne laissez pas votre chatte se délivrer n'importe où, que ce soit dans un appentis sans hygiène, un endroit trop froid ou qui vous serait inaccessible (sous votre lit).
PENDANT LA MISE BAS
En cas d'inertie utérine, ne pratiquez pas de votre propre chef des injections d'ocytocine. C'est au vétérinaire qu'il appartient éventuellement de la pratiquer après s'être assuré de l'ouverture effective du col et qu'aucun obstacle mécanique n'entrave la migration du foetus. Sous contrôle radio ou échographique. Sinon les contractions violentes provoquées par ce produit risquent de provoquer des accidents graves (éclatement de l'utérus, décollement et hémorragie placentaire).
N'ouvrez pas la poche amniotique tant que le foetus n'est pas complètement expulsé (au moins la moitié du tronc si vous participez ensuite à l‘extraction). Vous éviterez le réflexe expiratoire trop précoce et maintiendrez une bonne lubrification naturelle.
Ne cherchez pas à extraire vous-même à tout prix un foetus immobilisé à la vulve et dont la tête semble grosse : vous courez le danger de provoquer de graves déchirures cutanées et musculaires au niveau du périnée, ou une luxation cervicale mortelle pour le petit, s'il n'est pas déjà décédé..
Ne soufflez pas dans la gueule d'un petit inanimé sans l'avoir au préalable désobstrué: sinon l'inondation des bronches et des alvéoles est immanquable et le foetus serait définitivement condamné. Frictionnez le entre deux gants de toilettes secs, aspirez les mucosités de la gorge à la seringue.
Ne cantonnez pas les chatons ailleurs tant que vous n'avez pas l'assurance que tous ont été expulsés (d'où l'intéret du suivi l'échographique anténatale). Même pour un vétérinaire aguéri, la palpation abdominale de la chatte peut-être mauvaise conseillère. Sur les petites races, en cas de part languissant, un foetus resté en bout de corne utérine entre les lobes du foie peut échapper à votre attention. Néanmoins, si vous vous sentez en confiance, mettez la chatte debout sur une table, placez-vous derrière elle, plaquez le plat de vos mains de part et d’autre des flancs et pressez progressivement d'avant en arrière en les rapprochant, pour sentir s’il subsiste une ou des masses allongées de la taille d’un chiot.
APRES LA MISE BAS
Ne forcez pas la mère à manger si elle boude sa nourriture pendant quelques jours encore; elle est généralement gavée de placentas. Les selles peuvent être noires comme du boudin de ce fait (sang digéré).
Contrôlez la température rectale chaque 12 heures. Elle doit rester entre 39°C et 38°C. Au-delà de 40°C, alerte rouge: risque de métrite puerpérale. Consultez votre vétérinaire pour une mise sous perfusion intraveineuse d'antibiotique et une hospitalisation en urgence.

---------- PREMIERE TETEE
Ne privez, sous aucun prétexte les chatons du colostrum qui contient des anticorps protecteurs pendant les premières heures de l'allaitement (supports de l'immunité passive transmise par la mère pour assurer leur protection durant les premières semaines de leur vie). Après sèchage et réchauffage des chatons déjà nés, les mettre à têter alternativement pour fait venir le lait, et pour stimuler la sécretion naturelle d’ocytocine maternelle. Ce qui stimule aussi le travail utérin.
Vermifugez avec une pâte orale (Vithaminthe, Themin ND) ou un produit en gouttes aisément dosable selon le poids de chaque chiot (Dolthène ND), dès le premier mois et chacun des quatre mois suivants.

---------- SEVRAGE A PARTIR DE 6 SEMAINES
La vie du chaton peut être divisée en deux périodes :
- la période où le chaton est allaité par sa mère jusqu'à l'âge d'environ 6 semaines.
- la période après le sevrage.
La maman produisant progressivement moins de lait, le chaton va consommer les repas servis à sa mère. Pour maintenir la lactation jusqu'à la sixième semaine, on pourra alimenter la mère avec des croquettes pour chatons.
Pour un sevrage en douceur, les chatons imiteront la mère si elle accepte le partage. Surveiller le repas et multipliez et séparez éventuellement les gamelles pour éviter les morsures par jalousie.
Attention ! Contrairement à ce que l’on peut croire, le lait de vache est parfois mal toléré et peut déclencher des diarrhées. On privilégiera alors un lait spécialement étudié pour les jeunes carnivores domestiques, à teneur adapté en lactose pour faciliter la digestion. Le lait maternisé pour carnivores domestiques, additionné de poudre de sevrage ou de semoulette pour bébé, et de pulpe de viande hachée de boeuf en concentration croissante peuvent convenir. L'idéal serait de finir le sevrage à 3 mois, ne serait-ce que pour accomplir une bonne socialisation des petits par la mère.
Une fois sevré, le jeune chaton a besoin de davantage de repas par jour qu’un adulte : de 6 à 3 durant ses premiers mois de vie pour arriver à deux repas à 6 mois, puis un à deux une fois adulte. Ceci est dû à la relativement petite taille de l'estomac au regard du besoin quotidien.
Pour sa croissance, jusqu'à environ 1 an d'âge, on préfèrera des repas en boîtes ou en sachets fraîcheur ainsi que des croquettes adaptés à son rythme de croissance (taille raciale).

---------- VACCINATION
Le premier vaccin de routine CHLP peut être injecté par le vétérinaire à huit semaines, pour un rappel 21 à 30 jours plus tard. Lors de risque de contagion par le parvovirus du typhus, un vaccin peut même être injecté dès le premier mois dans les élevages à risque. Les études récentes montre que la sécurité maximale vaccinales serait obtenue à tous coups par trois injections ; un mois de distance, à partir du deuxième mois. Car on ne connait pas le statut immunitaire de la mère bien souvent, et son colostrum, s'il a été efficacement transmis lors des premières têtées, peut neutraliser le premier vaccin trop précoce sur le chaton.

EXAMEN VETERINAIRE OBLIGATOIRE AVANT CESSION.
Les carnivores domestiques ne peuvent être livrés à l'adoption avant l'âge de 2 mois, et doivent subir une identification préalable par tatouage ou puce électronique, ainsi qu'un examen clinique par le vétérinaire de l'éleveur qui vous délivrera un "certificat de bonne santé en vue de cession" pour chaque chaton de la portée, avec mention obligatoire de son signalement et de son identification. Vous recevrez sous un mois chaque carton d'identification. A charge pour vous de signer dessus le transfert de propriété et de permettre au nouveau propriétaire d'y mentionner ses nouvelles coordonnées avant réexpédition à l'

I-Cad - Identification des Carnivores Domestiques
112 - 114 avenue Gabriel Peri 94246 L'HAY LES ROSES - tél: 0 810 778 778 www.i-cad.fr
Pour le chat, toute identification est obligatoire dès l'âge de 7 mois. Ce qui correspond à la puberté et à l'âge de la stérilisation. En tant qu'adoptant, profitez-en pour demander le tatouage sous anesthésie si ce n'est déjà fait. Vous ferez une économie d'échelle. La tendance anglosaxone prète à stériliser les chatons dès 9 semaines! moyennant un protocole très instrumenté qui coûte plus.

A SUIVRE...
en cours

MISE A LA VENTE...
Toute annonce chez le vétérinaire, dans un lieu public (galerie marchande) ou sur un journal ou un site internet doit obligatoirement comporter le numéro d'immatriculation de la mère, et de chacun des petits à vendre.
Chaque vente sera notifiée en deux exemplaires sur un contrat de vente cossigné des deux parties, mentionnant la date de livraison, les adresses des contractants, le descriptif et l'identification de l'animal, l'usage auquel il est destiné, le prix et les conditions de paiement. D'autres mentions peuvent y figurer (n° de dossier de déclaration de naissance en vue d'obtention de pedigree), qui ne peuvent restreindre le droit de l'acheteur en cas de litige, mais peuvent limiter l'usage (à stériliser si adulte, à ne pas mettre à la reproduction...). Si un défaut de l'animal justifie une réduction de prix, le mentionner.
Tout vice caché antérieur à la vente est censé avoir été détecté par le vétérinaire lors de l'examen avant cession. Selon la loi Hamon de 2012, le délai de contestation par l'acheteur est porté à deux ans! D'où la réticence des naisseurs à afficher leurs portées désormais, ce qui encourage malheureusement de plus en plus la clandestinité et les abandons.

EN SAVOIR PLUS ...
http://www.wanimo.com/veterinaire/reproduction-du-chat/reproduction-chez-la-chatte.html
http://www.clinique-veterinaire-stang-zu-quimper.fr/chaton.php
http://www.hillspet.ch/fr-ch/cat-adult/pregnancy-in-cats.html
http://www.elevage-du-chat.fr/reproduction-physio-gestation.htm
http://www.wanimo.com/veterinaire/reproduction-du-chat/mise-bas-de-la-chatte.html
http://fr.wikihow.com/aider-une-chatte-%C3%A0-mettre-bas
http://www.wanimo.com/veterinaire/reproduction-du-chat/reproduction-chez-la-chatte.html
http://www.wikichat.fr/ma-chatte-va-avoir-des-chatons
05/05/2018 à 19:07:58
chanelp
Merci nabucho

Deux petits chatons sont nés le 2 mai. J'avais appelé ma vétérinaire lorsque j'ai vu que Saphir me suivait partout en miaulant.
Elle a fait tous les coussins et paniers à chats de la maison, et a fini par faire ses petits dans la partie basse de l'arbre à chat.
Nous lui avons aménagé une grande caisse avec des couvertures et l'avons installée dans la salle de bains pour qu'elle soit tranquille avec ses bb. Un est mort hélas. Elle n'a que 7 mois et toute petite.
Nous espérons que l'autre va vivre, nous surveillons qu'il tête bien, et Saphir bien que très jeune s'en occupe.
Donc un chat ou chatte de plus pour nous, cela fera 12, mais la maison est très grande.
Nabucho, je vous remercie encore pour vos conseils, elle sera stérilisée dans un mois.
Bien Cordialement à vous.
Chanel

Pour publier votre réponse, vous devez être connecté.